La peur de se lancer

La peur de se lancer peut amener à l'indécision

C’est parfois irrationnel, mais c’est humain. La peur de partir de zéro ou la peur de se lancer peut être une dérivée de la peur de l’inconnu. Quand on commence une aventure, il y a forcément des zones de doutes, des incertitudes. Pourtant, expérimenter de nouvelles choses est stimulant et souvent avec le recul, on se rend compte que c’était nécessaire. C’est justement dans cette peur injustifiée que se trouve l’irrationnel. On comprend donc assez facilement qu’être paralysé par la peur ce n’est pas que la boule au ventre ou des muscles qui se crispent.

Étant donné que le côté humain de cette réaction nous avons presque tous déjà ressenti cette sensation ou quelque chose qui s’en rapproche. Ce blocage peut par exemple pousser une personne à commander tout le temps le même menu dans son restaurant préféré. D’un autre côté, ça peut aller jusqu’à enfermer sur le long terme une personne dans un choix de vie clairement néfaste pour elle parce que changer semble risqué.

Sans tomber dans la sociologie ou l’analyse comportementale je me suis intéressé au phénomène : l’aversion au risque.

Qu’est-ce que l’aversion au risque ?

La notion d’aversion au risque est d’abord apparue en Économie. C’est tout simplement le comportement d’une personne qui essaie d’éviter une action aux conséquences défavorables. Cette façon de raisonner est un leurre pour l’esprit quand on se fait une mauvaise conception de ce qui pourrait être défavorable. On dit souvent : « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. » C’est parfois vrai, mais ça a souvent un effet limitateur. Humainement, on préfère une certitude à un risque. Si on vous donne le choix entre recevoir 20 € tout de suite ou 100 € dans 3 mois beaucoup choisiront de recevoir 20 € tout de suite. Ce n’est pas toujours une mauvaise décision mais ça illustre bien notre antipathie vis-à-vis d’une incertitude.

Dans un autre contexte, des auteurs ont souvent vécu le « syndrome du deuxième livre. » L’auteur sait que pour son deuxième ouvrage il va être lu car il est attendu. « Vais-je faire aussi bien que mon premier livre ? Vais-je décevoir mes lecteurs ? » L’auteur est face à un risque. Le doute apparaît.

L’aversion au risque englobe des facettes insoupçonnées de nos réactions. Mais il est parfaitement possible d’en prendre conscience et de s’en libérer quand c’est nécessaire.

Comment s’en libérer

Saviez-vous que le processus de guérison de certaines phobies inclut une confrontation. Cela signifie que pour une phobie animale par exemple, on va demander au phobique de faire face au mot définissant l’animal en question. L’étape d’après va consister à montrer des images, puis des vidéos de petits lapins si le patient est cuniculophobe (oui ça se dit comme ça et non je ne sais pas comment on peut en arriver là). Finalement, la personne phobique va être confrontée dans la réalité à l’animal qui lui fait si peur.

Autre exemple, les allergies. Pour aider à lutter contre une allergie alimentaire, on recommande au patient d’ingérer de temps en temps et en petite quantité une dose de l’aliment allergénique. Cela crée donc une désensibilisation.

L’idée est simple : il faut parfois soigner le mal par le mal !

Donc si vous avez parfois peur de changer, obligez-vous à changer. Élaborez un plan d’attaque : les étapes par lesquelles vous comptez passer pour réaliser un projet, le temps que vous estimez nécessaire pour y arriver, ce dont vous avez besoin etc. Préparez-vous au pire et demandez-vous si le pire serait complètement négatif et irréversible. Si oui, rappelez-vous que perdre une bataille ne signifie pas perdre la guerre. Après un échec il est toujours possible de se relever. Suivez votre plan. Comme pour une randonnée que vous n’avez jamais faite, suivre un plan tout le long du parcours est rassurant. Progressivement cette peur diminuera et vous prendrez éventuellement goût à la nouveauté.

Pourquoi vaincre la peur de se lancer ?

Je pourrais donner une réponse de normand et vous dire que ça permet de ne pas mourir bête mais c’est évidemment plus que ça. Une expérience de ce genre, réussie ou non aura forcément un ou plusieurs côté(s) positif(s) : des rencontres, de nouvelles compétences, des leçons etc. Tenter de nouvelles choses surtout en partant de zéro renforce son amour propre et son estime de soi. C’est toujours enrichissant de chercher à se découvrir dans de nouveaux domaines. Tout le monde a eu un jour envie de créer un projet et lui donner vie. Donnez-vous les moyens de concrétiser cette envie. À la fin, vous vous en voudrez de ne pas l’avoir fait plus tôt.

Personnellement, c’est mon cas. J’ai l’impression d’avancer vers l’inconnu. En fait, ça n’est pas qu’une impression parce que je n’avais jamais créé de site internet ou de blog. Se lancer dans l’entreprenariat n’a rien de facile au début. Mais je suis souvent agréablement surpris des découvertes que je fais. Parfois je découvre même que j’ai progressé sous certains aspects. L’inconnu finalement n’est pas si effrayant que ça.

Le vrai problème derrière la peur de se lancer

En fait, ce qui nous fait peur ce n’est pas l’inconnu ou partir de zéro c’est la vision qu’on a du concept. Des a priori sur la nouveauté vont forcément vous freiner. Comme avec le biais de confirmation, nous nous convainquons parfois nous-même que partir de zéro c’est effrayant.

Pour finir, les personnes qui nous entourent sont susceptibles d’influencer notre vision des choses. Une personne qui évolue dans un environnement favorable à la stabilité mais relativement hostile au changement risque à son tour d’avoir peur d’entreprendre. Entourez-vous des bonnes personnes. Soyez une bonne personne pour vous-même. Un potentiel fleurissant ne demande rien d’autre que d’être laissé libre de s’exprimer pleinement.

C’est parfois irrationnel, mais c’est humain. La peur de partir de zéro ou la peur de se lancer peut être une dérivée de la peur de l’inconnu. Quand on commence une aventure, il y a forcément des zones de doutes, des incertitudes. Pourtant, expérimenter de nouvelles choses est stimulant et souvent avec le recul, on…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LinkedIn
Share
Follow by Email