La Peur de se lancer ou de partir de zéro

C’est paradoxal. Mais c’est humain. En fait c’est « humainement paradoxal ». Je dirais que la peur de partir de zéro ou la peur de se lancer est une dérivée de la peur de l’inconnu. Tu pourrais avoir un potentiel de création quasi illimité, mais ta peur de partir de zéro étant trop grande tu pourrais ne rien créer. Être paralysé par la peur ce n’est pas que la boule au ventre ou les muscles qui se crispent. Ton esprit aussi peut être paralysé par la peur, figé.

Tous en tant que faibles mortels nous avons déjà ressenti cette sensation. Ça passe par ce blocage dans ta tête qui te pousse à commander tout le temps le même menu dans ton restau préféré, et ça peut aller jusqu’à cette force qui retient à son poste une personne exerçant un métier qui ne lui correspond pas, recherchant un but qui ne lui correspond pas et ce dans un environnement qui ne lui correspond pas.

Que les choses soient claires, je ne suis pas sociologue ou analyste comportemental. Je ne veux pas non plus donner des leçons. Je me suis juste intéressé à un phénomène : l’aversion au risque.

Qu’est-ce que l’aversion au risque?

C’est tout simplement un biais cognitif. Ton cerveau se fait leurrer. Un genre d’illusion d’optique mais avec le raisonnement. Comme on dit souvent : « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. » C’est parfois vrai, mais ça a souvent un effet limitateur.

Humainement, on préfère une certitude à un potentiel risque. Alors même si ton CDI te saoule tu vas préférer le garder. Même si te lancer dans une reconversion professionnelle te ferais du bien par exemple.

Imagine que pour la première fois tu décides d’écrire un roman. À ta grande surprise il se vend très bien. Est-ce que si tu en avais l’inspiration, tu refuserais de publier un second roman par peur qu’il ne rencontre pas le même succès que le premier ? La vérité est que des auteurs sont parfois confrontés à cette crainte. Mais si on s’y soumet alors on étouffe le processus de création en lui-même et ça devient très difficile d’innover.

S’il est difficile d’avoir conscience de cette peur, il peut être tout aussi difficile de s’en libérer. Mais excepté un retour de Karim Benzema en équipe de France rien n’est vraiment impossible !

Mais alors comment s’en libérer ?

Tu savais que le processus de guérison de certaines phobies inclut une confrontation à la réalité ? Autrement dit pour une phobie animale par exemple, on va à un moment donné demander au phobique de regarder le mot définissant l’animal en question. L’étape d’après va consister à montrer des images, puis des vidéos de petits lapins si tu es cuniculophobe (oui ça se dit comme ça et non je ne sais pas comment on peut en arriver là). Finalement, la personne phobique va être confrontée dans la réalité à l’animal qui lui fait si peur.

Autre exemple, les allergies. Il arrive que pour aider à lutter contre une allergie alimentaire, on recommande au patient d’ingérer de temps en temps et en petite quantité une dose de l’aliment allergénique.

L’idée est simple : il faut parfois soigner le mal par le mal !

Donc si tu as peur de te lancer, lance-toi. Fais-toi un plan d’attaque : les étapes par lesquelles tu vas passer pour réaliser ton projet, le temps que tu estimes nécessaire pour te lancer, ce dont tu as besoin etc. Suis ton plan tout le long du parcours, ça va te rassurer. Et fonce !

Pourquoi c’est si bon de vaincre la peur de se lancer?

Prépare-toi au pire et demande-toi si ce « pire » truc qui pourrait t’arriver serait vraiment grave. Et si c’est grave comment réparer un tel échec. On dit bien qu’il n’existe pas de problème sans solution, non ? Alors dis-toi que dans tous les cas ça ne sera jamais la fin du monde si tu te loupes. Cette expérience aura forcément un ou plusieurs côté(s) positif(s) : des rencontres, de nouvelles compétences, des leçons etc.

Je vais te dire moi ce qui va se passer après t’être lancé. Tu vas vivre une expérience aussi enrichissante que de chercher à se découvrir dans de nouveaux domaines. Tu vas créer un projet et lui donner vie. Et pour finir, tu t’en voudras de ne pas l’avoir fait plus tôt.

Personnellement, c’est mon cas. J’ai l’impression d’avancer vers l’inconnu (et ça n’est pas qu’une impression parce que je n’avais jamais créé de site internet ou un blog). Mais je suis souvent agréablement surpris de découvrir que l’inconnu n’est pas si effrayant que ça.

Le vrai problème derrière la peur de se lancer

En fait, ce qui nous fait peur ce n’est pas l’inconnu ou partir de zéro c’est la vision qu’on a du concept. Est-ce que ton esprit est paralysé par la peur, figé ? Si oui, ton esprit trouvera un moyen de te convaincre que partir de zéro c’est effrayant. Alors sois rationnel(le) et domine-toi camarade !

Une dernière chose au fait. Les personnes qui t’entourent sont susceptibles d’influencer ta vision des choses. Si autour de toi tout le monde pense que c’est bien de se contenter d’une  vie tranquille  et sans prise de risque, tu risques à ton tour d’avoir peur d’entreprendre. Tu vas commencer à sombrer lentement mais sûrement dans les profondeurs de la routine et du train-train quotidien. Dans quelques années, quand tu seras bien fatigué(e) de ce rythme, tu repenseras à ce super article de blog que t’avais lu sur ce super site de blog qui t’avais donné tous ces conseils (les chevilles ? ça va merci).

Voilà ! J’espère que je t’ai un peu fais flipper (c’est pour te pousser à l’action, t’inquiète). Plus sérieusement j’espère que je t’aurais un peu motivé ou même appris quelques trucs.

Dis-moi par commentaire, mail ou pigeon voyageur ce qui te fait peur et ce que tu penses faire pour lutter contre.

D’ici là, n’oublie pas : la peur c’est dans la tête ! 😉

Qui suis-je?

J’ai un parcours totalement décousu. Je dois carrément avouer que quelques années en arrière je ne me serais jamais imaginé me lancer dans l’activité que je débute depuis peu.

Un bac technologique en Guadeloupe. Une fac de droit à Saint-Étienne. Employé de restauration rapide. Et maintenant le copywriting. Il n’y a pas vraiment de lien entre tous ces éléments. Juste une réalité : quand on cherche sa voie, ça prend du temps, on échoue parfois, mais on y arrive !

Depuis toujours, les mots et plus généralement les tournures de phrase utilisées sont pour moi fondamentales. Dans tous les domaines de notre vie, quand nous nous exprimons nous avons besoin d’être compris. Mais comment être compris si on n’utilise pas les bons mots ? C’est ce qui m’a amené à faire la différence entre parler et communiquer.

Tous les enfants ont appris à parler, mais combien savent s’exprimer correctement ; autrement dit communiquer ?

Je m’appelle Lugi. J’ai 22 ans.  Quand j’ai découvert le copywriting (ou rédaction web), j’ai décidé que ça serait mon métier. J’ai alors acheté une formation qualifiante dans le domaine et me voilà qui commence à écrire. Certification en poche, je pars l’assaut du web et du marketing digital.

Aujourd’hui mon but est simple : communiquer la place des autres. Un excellent moyen de le faire est le copywriting. Cette méthode permet de sensibiliser, d’engager et de fidéliser une communauté. Le tout est d’utiliser les bons mots, d’être captivant, je dirais même envoûtant. Oui, c’est possible. Ça demande une bonne stratégie digitale, mais c’est parfaitement réalisable.

Et le blog dans tout ça ?

L’objectif de mon blog est de partager ma vision des choses et mes connaissances dans différents domaines et aussi de présenter ma façon d’écrire.

Alors, si mon écriture te plaît, tu as deux possibilités :

  • Être généreux et la partager un maximum pour en faire profiter d’autres,

Ou alors :

  • Me contacter pour qu’on travaille ensemble 😉

Bonne lecture !